Actualités

Le confinement n’a pas freiné les ambitions de croissance externe d’un courtier qui vient de boucler coup sur coup l’acquisition de deux cabinets spécialistes tout en préparant un changement de fonds d’investissement.

Le coronavirus n’aura pas refroidi les ambition de croissance externe de ce courtier multispécialiste.

Après avoir lancé le process de consultation pour trouver un nouveau fonds d’investissement prêt à l’accompagner dans sa croissance, le courtier Finaxy (570 M€ de primes encaissées en 2019) garde l’appétit. « En période de Covid, nous avons géré deux acquisitions, un changement de fonds d’investissement en plus de la gestion de la crise. Le groupe se porte bien. Ces deux croissances externes et la croissance organique réalisées pendant le confinement montrent bien que nous avons a continué à fonctionner normalement », indique à l’Argus de l’assurance, Eric Berville, le président fondateur du groupe.

Le courtage en crédit

Comme l’a révélé La tribune de l’Assurance, le courtier vient de boucler, le vendredi 12 juin, l’acquisition d’AGEF Finance Courtage (2,2 M€ de CA en 2019), cabinet breton de courtage en crédit spécialisé auprès des PME, PMI, des exploitants agricoles et des chefs d’entreprises. Le cabinet fondé en 2015 par Arnaud Guilleux et Emmanuel Frattini est aujourd’hui leader sur sa spécialité en Bretagne. Il est présent dans les principales villes de la région. Pour Eric Berville, cette acquisition permet au groupe « d’aborder les PME, PMI, ETI d’une façon différente. C’est une autre façon de rentrer en contact et de pouvoir travailler le secteur de la PME et de l’ETI, en leur apportant des solutions de financement. »

Le risque immobilier

Finaxy avait également finalisé début juin l’acquisition d’un cabinet de courtage parisien spécialisé dans le risque industriel et les syndics immobiliers, JL Consultant (1,1M d’euros de CA en 2018). « Cette acquisition nous permet d’une part de renforcer notre portefeuille parisien en risque industriel, mais surtout de nous développer sur le risque immobilier sur lequel nous étions absents. Nous nous lançons ainsi sur une nouvelle activité avec un socle de démarrage avec des spécialistes du domaine. » Pour Eric Berville, le risque immobilier est « un secteur en plein développement sur lequel les risques sont plutôt bons et pour lequel les compagnies d’assurance ont une appétence. »

Courtier multispécialiste

Déjà présent sur le risque d’entreprise, les niches de particuliers et les grands partenariats, Finaxy cherche pour sa croissance externe des spécialistes dans chaque domaine afin de pouvoir adresser les attentes et les besoins des professionnels et des clients. « Ces spécialistes vont amener tous leurs savoir-faire et leurs connaissances techniques et venir compléter les nôtres, mais surtout développer ce nouveau secteur. »

Un nouveau fonds

Outre ces deux acquisitions, le courtier travaille également à un changement de fonds d’investissement. Après près de cinq ans avec Equistone, le courtier cherche un nouveau fonds pour reprendre la suite à proportions égales (54 % des parts). « Finaxy n’est pas à vendre », martèle le dirigeant fondateur, « Nous souhaitons simplement accueillir un nouveau fonds d’investissement pour nous accompagner dans la poursuite de notre croissance », poursuit-il.

A lire : Pourquoi le courtage reste une valeur refuge (malgré la crise)

Et de conclure, « Finaxy a fait une excellente année 2019. Nous avons terminé au-dessus du budget initial prévu. » Concernant la suite du calendrier, « le process est lancé, maintenant c’est aux fonds d’investissement de travailler. »